Georges Tonla Briquet, Jazzhalo (14/11/2022)
Ocean Eddie is het trio van accordeonist Stan Maris (Kreis, Suura, Giovanni Di Domenico) samen met Andreas Bral (piano, harmonium) en Viktor Perdieus (saxofoons). In een tijdspanne van drie kwartier brengen ze elf luistermozaïekjes waarbij ze het meest voor de hand liggend gebruik van hun instrumenten vermijden.

Op inventieve wijze slagen ze er niettemin in een samenhangende assemblage te creëren. Ze vermenigvuldigen spielereien naar hartenlust. Soms doen ze dat heel subtiel en broos om even later dan toch een meer complexe blauwdruk van hun ontwerpen voor te stellen. De modulaire basispatronen worden telkens overhoop gehaald om vervolgens te dienen als links en zo onderliggende dwarsverbanden te creëren.

Drie improviserende poëten die rond schuifelen in een decor ontworpen door Paul van Ostaijen. Uitgebracht in digisleeve met artwork van Soetkin Bral. Past evenzeer in de catalogus van een label als INTAKT. Ook voor fans van Gavin Bryars zijn werelden.

Jean-Michel Van Schouwburg, 0rynx-improvandsounds blogspot (22/10/2022)
El Negocito est le bras armé digital – discographique de l’organisation gantoise Citadelic – Negocito animée par l’infatigable Rogé « Negocito » , patron de brasserie tourné allumé du Jazz et des musiques improvisées (label , nombreux concerts, festival) catalysant ainsi le travail de nombreux artistes. Le catalogue du label est relativement éclectique entre jazz contemporain pointu, free-jazz sans concession, folklore imaginaire, improvisation libre, et aussi à mi-chemin entre toutes ces tendances. Un peu à l’image de la programmation diversifiée des concerts et festivals « Citadelic » qui ont lieu régulièrement au Citadelle Park de Gand au SMAK, le très remarquable musée d’art contemporain communal ou dans d’autres lieux. Ocean Eddie réunit un trio atypique pour une musique aérée, subtile, pleine d’ambiances mystérieuses. L’accordéoniste Stan Maris (fils de Bart, le super trompettiste national), le pianiste Andreas Bral, aussi à l’harmonium, et le saxophoniste Viktor Perdieus nous livrent ici 11 compositions - improvisations multiformes qui brassent plusieurs inspirations (jazz « konitzien », folk européen, classique contemporain, improvisation aventureuse, imagination sonore) autour de l’idée d’une île au milieu de l’océan et des forces maritimes des courants. Le dessin de la pochette nous montre à voir une île imaginaire et pénetrée de cours d’eau - fjords en dents de scie. Ocean Eddie signifie ici , je cite : When circular currents coexist within larger ocean movements, they are sometimes referred to as eddies. Equal bodies competing for limited space and impact.. J’ai moi-même initié un album intitulé Isla Decepcion avec le trio Sverdrup Balance avec Lawrence Casserley et Yoko Miura, Sverdrup étant l’unité de mesure du déplacement des courants océaniques, pour faire court, et il y a une similitude dans nos approches respectives d’un point de vue conceptuel. Ces courants qui se croisent dans l’océan font allusion à l’imbrication des jeux respectifs de chacun en jouant les parties écrites dont l’exécution ludique s’alterne et s’échange organiquement et spontanément d’un instrumentiste à l’autre au fil de chaque morceau dans sa durée. Cela peut paraître compliqué, mais en fait ce processus au sein du groupe se révèle tout à fait musical, naturel, les paysages mélodiques s’interpénétrant aussi bien visuellement qu’auditivement. Si le matériau est principalement mélodique, c’est la combinaison toujours renouvelée des éléments « composés » dans des formes composites, tournoyantes et en mouvement perpétuel (avec un zeste de swing) qui fait de leurs curieuses et inventives métamorphoses, bien plus qu’un exercice de style : l’affirmation d’une poésie musicale. L’accordéon est rendu à sa condition d’instrument de souffle en symbiose avec le timbre dégagé et suave du saxophone doublant les comptines irrésolues du pianiste dans une dimension orchestrale (de chambre). L’ excellente coordination du trio et leur inspiration collective crée une belle musique populaire qui si elle doit sembler relativement familière au commun des mortels peu au fait de « l’avant-garde », leur musique les emmène irrésistiblement dans un beau voyage entre vagues, embruns, nuages, brises, alizés, îles inconnues et l’horizon toujours repoussé. Remarquable !

Ben Taffijn, Nieuwe Noten Nederland (29/08/2022)
Accordeonist Stan Maris, pianist Andreas Bral en saxofonist Viktor Perdieus vormen samen Ocean Eddie, daarmee verwijzend naar een maalstroom of draaikolk die kan ontstaan op zee. Vreemd is die benaming niet, want zoals ook reeds bleek tijdens het concert, is dit trio sterk in het creëren van meeslepende ritmische patronen. Opener ‘Ochre’ vormt daar direct een mooi voorbeeld van, maar ook als hier wat minder sprake van is, zoals bijvoorbeeld bij ‘Isme’, of het zeer ingetogen ‘Spirit Plumbing’ heeft de muziek toch een dwingend en meeslepend karakter. En het is prachtig hoe mooi de klanken van deze drie instrumenten in dit laatste stuk met elkaar samenvallen. De spanning komt ook goed tot uiting in ‘Gioite’, waarin Perdieus’ sopraansax een voorname rol speelt. In ‘Ask’ en het vrij lange ‘Molanopedie 3’ is het Bral die de kar trekt, in het eerste stuk met vederlichte patronen op de piano, in het tweede middels donkere klankwolken ontlokt aan het harmonium, waar Maris prachtig bij aansluit. Eén van de mooiste stukken van dit boeiende album.

 

 

 

 

 

MN Web Design